Le début de l’exploitation charbonnière en Cévennes

De façon attestée, le début de l’exploitation minière en Cévennes remonte aux années 1230. Ainsi, Bernard de Soucanton, Abbé de l’abbaye Bénédictine de Cendras, percevait-il une rente annuelle de la part des exploitants auxquels il avait affermé les gisements de terre noire – autrement appelé charbon de terre – de la colline de Montaud. Ces exploitants étaient pour la plupart des forgerons et des chaufourniers.

Travaillé localement, ce charbon se trouvait donc essentiellement destiné aux forges et à la fabrication de la chaux. Les méthodes d’exploitation mises en œuvre étaient alors relativement élémentaires. Soit l’on creusait des galeries (ou fendues) à flancs de coteaux afin de parvenir au gisement visé. Soit encore on creusait des baumes, sortes de petits puits de faible profondeur qui possédaient une tendance assez fâcheuse à se transformer en fondrières en cas de pluies de forte intensité. Une dernière méthode, plus économique et plus rapide, consistait, pour le cas où la couche présentait un affleurement, à « gratter » le charbon directement au sol.

Les mines de charbon cévenoles et la révolution industrielle

En Cévennes, le véritable démarrage de la production minière à l’échelon industriel remonte au milieu des années 1830. Jusque-là, trois verrous majeurs avaient fait barrage à cette montée en puissance de l’industrie extractive cévenole :

  • le manque de capitaux ; les activités viticoles et séricicoles captant l’essentiel des investissements régionaux.
  • une main d’œuvre régionale insuffisante et difficilement sédentarisable de manière pérenne à la mine ; les ouvriers étaient souvent liés aux travaux terriens, ils allaient et venaient à la mine au rythme imposé par les saisons agricoles.
  • l’enclavement des sites d’extraction houillers ; le charbon étant un minerai volumineux, pesant et à faible valeur marchande, il fallait pouvoir disposer de voies de communication permettant un acheminement tout à la fois lointain, rapide et économique pour que se produise un véritable décollage de la production charbonnière cévenole (faute de quoi la seule industrie locale existante aurait été incapable d’absorber la totalité d’une production réalisée à un échelon véritablement industriel).

Sous l’impulsion décisive du Maréchal Soult, qui lui demanda en 1829 d’apporter une solution au problème que représentait la faible capacité productive des exploitations minières cévenoles, Paulin Talabot, copropriétaire des mines de la Grande Combe, proposa au début des années 1830 que l’on construise une ligne de chemin de fer reliant la Grand-combe à Beaucaire, via Nîmes. Le tronçon reliant Nîmes à Beaucaire fut achevé à la date du 15 juillet 1839 tandis que la section raccordant La Levade, Alès et Nîmes fut officiellement inaugurée le 10 août 1840.

Photo Charbon

La Mine Témoin d'Alès

Connue à ses origines sous le sigle de QMT (quartier mine témoin) , la Mine Témoin d’Alès est l’ancien Centre de Formation des Houillères des Cévennes.
Plusieurs générations d’apprentis mineurs s’y sont succédées sans discontinuer depuis 1945 et jusqu’à l’année 1968 pour apprendre leur métier ou bien encore se perfectionner. Il s’agit d’un ouvrage minier authentique répondant rigoureusement à toutes les règles et normes régissant la profession.
Monsieur Raymond Aubaret, technicien de la formation aux Houillères des Cévennes et passionné d’archéologie industrielle, anticipant, dès les années 60, la fermeture du fond en Cévennes, eut l’idée de transformer en une vaste rétrospective de l’histoire minière ce fantastique ouvrage réalisé par les futurs mineurs pour répondre aux nécessités de leur propre apprentissage.
Il mit ainsi à profit les travaux pratiques des élèves du centre pour faire installer dans les galeries du QMT tout le matériel et les machines qu’il était parvenu à sauver dans le Bassin d’Alès-La Grand’Combe. Au final, M. Aubaret a réussi à faire équiper 650 mètres de galeries et cinq chantiers miniers – des tailles – dont les équipements et matériels respectifs correspondent à cinq grandes étapes de l’évolution des techniques et des technologies minières, de 1880 à 1960.

Aucun charbon n’a été extrait de la Mine Témoin à l’époque récente. Néanmoins, le site abrite en son cœur des galeries d’exploitation contemporaines de la Révolution Française. Ces dernières sont aujourd’hui fermées au public pour des motifs de sécurité. Leur seule présence atteste néanmoins de la réalité d’une exploitation charbonnière sous la colline de Montaud, il y a plus de deux siècles.

Les nocturnes : visites animées de l’été

Pour une autre approche de l’histoire minière cévenole, la Mine Témoin d’Alès propose, les mercredis de mi-juillet à mi-août des visites animées, en nocturne à partir de 19h et jusqu’à 22h.

Tarifs et horaires

Réservation obligatoire : 04 66 30 45 15 ou contact@mine-temoin.fr

Adulte

10 €

Enfants 13/18 ans

6,50 €

Enfants 6/12 ans

5,50 €

Groupe à partir de 20 personnes

5,50 €

Ancien Mineur

5,50 €

Pass - Cévennes

7,50 € – sur présentation du ticket d’entrée

Pass – Loisirs

7,50 € – sur présentation du ticket d’entrée

Ticket malin

7,50 € – sur présentation du ticket d’entrée

Pass Mine

7,50 € – sur présentation du ticket d’entrée

Visite nocturne avec animations

14 €

Horaires

De Mars à octobre
Du mardi au dimanche de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h

En Juillet et août
Du mardi au dimanche de 10h à 19h

Départ de la dernière visite guidée 1h30 avant la fermeture

Visite guidée en Anglais sur réservation
(les vendredis à 13h)

Accès à la Mine Témoin

Accès routier

Chemin de la Cité Sainte-Marie, Rochebelle, 30100 Alès
Coordonnées GPS : 44.13244189339632, 4.066523127097247

Accès en transports en commun

Train / bus : La gare la plus proche est celle d’Alès. En sortant de la gare prendre le bus ligne n°4 direction La Royale, et descendre à l’arrêt « Érables ». Le bus ne va pas jusqu’à la Mine Témoin, les 400 derniers mètres doivent être parcourus à pied. Attention, le bus ne circule pas le dimanche.

Parking et stationnement

Le site dispose d’un parking pour les voitures, les motos, les camping-cars et les autocars. Il ne dispose pas de bornes d’approvisionnement en eau et électricité, ni d’espaces de vidanges des eaux usées.
Attention, la Mine Témoin ferme à 19h en été (horaires de fermeture selon saison), il n’est pas possible d’y stationner pour y passer la nuit.

Foire aux questions

La visite dure 1h à 1h15 avec 15 minutes de vidéos.

La visite libre n’est pas possible pour des raisons de sécurité. Les galeries sont accessibles uniquement dans le cadre d’une visite guidée.

Afin de garantir une visite de qualité, les groupes de visiteurs sont limités à 30 personnes.

Les fauteuils roulants ne peuvent pas accéder aux galeries, en raison de contraintes techniques liées à la présence de rails.

Les visites sont assurées par des guides saisonniers et non par d’anciens mineurs.

Des visites en anglais sont proposées les vendredis après-midi en été │Sur réservation au 04 66 30 45 15 ou contact@mine-temoin.fr. Elles sont également possible le reste de l’année sur demande, ainsi que pour les groupes.
Non, les animaux ne sont pas admis.
La seule difficulté du parcours consiste en deux volées d’escaliers en extérieur (40 marches) à monter pour accéder à l’ascenseur afin de descendre dans les galeries .
À l’intérieur des galeries, aucune difficulté n’est à relever, hormis le fait de bien regarder où vous marchez, le parcours dans les galeries étant ponctué de rails au sol.
Il est possible que durant la visite le guide actionne des machines dont le bruit pourrait effrayer les personnes les plus sensibles. Mais avant de les mettre en marche le guide prévient le groupe.
Le port du casque est obligatoire, il est fourni à l’entrée de la galerie.

Le port du casque est obligatoire, il est fourni à l’entrée de la galerie.

La température dans les galeries est d’environ 15°C mais, celle-ci suit les variations du climat extérieur, il peut y faire froid et humide selon les saisons. Pensez à vous habiller en conséquence.

Non la visite n’est pas salissante, mais des chaussures confortables sont appréciées.

L’accès aux poussettes n’est pas possible, nous vous conseillons de prendre un porte-bébé.
Vous êtes claustrophobe ? Ne vous inquiétez pas, il est tout à fait possible de rejoindre les galeries autrement que par l’ascenseur. De plus, les galeries sont larges et bien éclairées afin de permettre une visite aisée et adaptée à tous. N’hésitez pas à faire part de votre angoisse au guide afin qu’il fasse preuve de vigilance à votre égard.
Il n’y a pas d’espace restauration sur place. Cependant, une aire de pique nique, en grande partie ombragée, est à disposition des visiteurs.
Vente sur place de café, soda et thé, sur demande à l’accueil du site.

Autour de la Mine

La Maison du Mineur

Pour compléter votre visite, la Mine Témoin s’associe à la Maison du Mineur située à la Grand-combe (10km d’Alès). Ce site propose une découverte authentique d’un ancien carreau de mine.
Avec le Pass Mine, bénéficiez d’un tarif réduit sur présentation du ticket d’entrée de la Maison du Mineur ou inversement de la Mine Témoin.

Les hébergements

Pour un séjour en Cévennes, que ce soit le temps d’un week-end ou pour de plus longues vacances, en famille ou entre amis, découvrez nos hébergements adaptés à toutes vos envies ! Découvrez nos sélections de chambres d’hôtes, gites, campings, hôtel, village vacances ou hébergement insolite.

Les lieux de restauration

Aux alentours de la Mine témoin, un grand nombre de restaurants, brasseries, cafés ou snacks vous attendent pour vous rafraîchir, déjeuner ou dîner. Retrouvez les sur le site de Cévennes tourisme.

La Démarche Qualité du Tourisme en Occitanie

Le label Qualité Tourisme Occitanie Sud de France, c’est quoi ?

Une certification au niveau régional et national, dont l’objectif principal est votre satisfaction !

C’est le 1er dispositif de France reconnu par la marque d’Etat Qualité Tourisme, garantissant la qualité de l’accueil et des prestations des professionnels du tourisme. Il obéit ainsi aux mêmes exigences que la marque nationale.

Nous contacter

Pour toute question ou information sur la Mine témoin d’Alès, n’hésitez pas à nous contacter via le formulaire ci-dessous.
Vous pouvez également nous envoyer un message pour toute réclamation ou si vous si vous souhaitez faire un don d’objets.

    Alès Agglo, capitale française de la culture

    Alès Agglomération fait partie des trois collectivités finalistes au label “Capitale française de la culture 2024”. Le dépôt du dossier final a eu lieu le 22 octobre. En attendant, le soutien de la population reste essentiel pour espérer l’emporter !

    Adresse

    Chemin de la Cité Sainte Marie
    Quartier de Rochebelle
    30100 Alès

    Contact

    +33 4 66 30 45 15
    contact@mine-temoin.fr
    #MineTémoin

    Horaires

    Mars à octobre : du mardi au dimanche de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h

    Juillet et août : du mardi au dimanche de 10h à 19h